FORMATIONS

Nous avons choisi de présenter ici différentes voies de formation initiales ou continues, permettant de devenir régisseur d’œuvres, de découvrir certains aspects ou d’approfondir des connaissances.

Il ne s’agit que d’un aperçu et nous restons très intéressés par d’éventuelles suggestions et retours d’expérience.

Il faut se souvenir que si l’émergence du métier est assez récente, les formations qui y mènent le sont encore davantage. Ainsi, l’apparition des formations initiales ne remontent qu’à trois ou quatre ans.

Le recrutement des régisseurs d’œuvres d’art se fait en France :

  • – par la voie contractuelle (de droit privé ou de droit public), quasi exclusive dans le domaine de l’art contemporain, elle s’avère de plus en plus fréquente dans celui du patrimoine en général.
  • – par le biais des concours de la filière culturelle : celui des chargés d’études documentaires du ministère de la Culture (corps d’Etat, catégorie A, option « régie des œuvres »), ceux des assistants de conservation du patrimoine et des bibliothèques, des assistants qualifiés de conservation du patrimoine et des bibliothèques et des attachés de conservation du patrimoine et des bibliothèques des collectivités territoriales (corps territoriaux, respectivement catégories B et A).

 

FORMATIONS SPÉCIFIQUES À LA RÉGIE

L’école du Louvre à Paris :
« diplôme de 2e cycle - parcours métiers du patrimoine - option régie des œuvres »

Diplôme habilité au grade de Master, ouvert aux étudiants titulaires soit du "Diplôme d'études supérieures de l'Ecole du Louvre", du "Diplôme spécial de muséologie de l'Ecole du Louvre" ou du "Diplôme de muséologie de l'Ecole du Louvre", soit d’une maîtrise d'histoire de l'art et archéologie, d'un diplôme de niveau reconnu équivalent, ou d'acquis liés à l'expérience professionnelle et aux travaux personnels des candidats, sélection sur dossier et audition.

En suivant la 1ère année dite de « muséologie », la seconde année du 2nd cycle de l’école du Louvre propose un parcours « métiers du patrimoine » comprenant une voie « régie des œuvres ». Cette année de domaine « professionnalisant » comporte des séminaires placés sous la direction scientifique de conservateurs ou de spécialistes du patrimoine ou de professeurs des universités, un stage obligatoire et la rédaction d'un mémoire de stage, ainsi qu’un cours de langue étrangère.

Renseignements sur : http://www.ecoledulouvre.fr

 

L’université de Picardie Jules Verne à Amiens :
« master professionnel mention arts - spécialité régie des œuvres et montage des expositions »

Master II ouvert aux étudiants titulaires d’un master I ou équivalent (voire vae), sélection sur dossier et audition.

Ce master a pour but de familiariser l’étudiant avec la gestion matérielle des œuvres d’art, leur conservation, leur exposition et, dans le cas de l’art actuel, leur production. Les technologies, les procédures administratives et juridiques et, plus généralement, l’ensemble des moyens d’analyse et de gestion matérielle liés aux œuvres d’art y sont abordés, au sein des principaux contextes institutionnels concernés : institutions publiques nationales (musées et monuments historiques), institutions publiques locales (musées municipaux et départementaux), secteur privé.

La formation se déroule en deux temps : une phase d’apprentissage sous forme de 6 modules de cours magistraux et de travaux dirigés, puis une phase de stage professionnel de longue durée aboutissant à la rédaction et la soutenance d’un mémoire de stage. La coordination spécifique de chacun des modules est assurée par un ou plusieurs responsables (conservateurs et régisseurs d’œuvres d’art), qui font intervenir au sein de leur enseignement, en fonction des besoins, d’autres professionnels.

Renseignements sur : http://www.u-picardie.fr

 

L’université Michel de Montaigne, Bordeaux III :
Régie des œuvres et médiation de l’architecture et du patrimoine
Ce Master, élaboré au cours des derniers mois, s'est ouvert à la rentrée 2011. L'originalité de la formation consiste en plusieurs points  : elle se déroule sur deux ans, comporte des enseignements communs à la médiation et à la régie d'oeuvres et s'adosse à une unité d'archéométrie qui lui permet de bénéficier d'un enseignement scientifique très riche.
Renseignements sur : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/

 

L’Université Toulouse Jean-Jaurès - UT2J à Cahors :
« Master Métiers de l’art : Documentation des œuvres d’art, régie des œuvres »
Ce master sur 2 ans se fixe pour objectif de donner à ses étudiants les connaissances théoriques et pratiques aptes à maîtriser les domaines d’activités des secteurs de la documentation et de la régie des œuvres d’art tant dans le domaine institutionnel que privé. Il conjugue cours théoriques et pratiques dispensés, à Toulouse et à Cahors, par de nombreux intervenants extérieurs et offre ainsi une approche variée de l’histoire de l’art, des techniques, des supports et des métiers.
Renseignements sur le site de l’Université

 

FORMATIONS SPÉCIALISÉES

Nous précisons toutefois que ces spécialisations, malgré un champ commun, différent toutefois sensiblement des activités de Régie. Ce terme n’apparaît d’ailleurs pas dans les présentations et l’AFROA n’a jamais été associée de près ni de loin à une réflexion sur leur contenu.

 

L’université Paris I Panthéon-Sorbonne, à Paris :
« master professionnel conservation préventive du patrimoine »

Master II ouvert en priorité aux professionnels déjà engagés dans une activité ainsi qu’à quelques étudiants issus du master I Recherche et se destinant aux métiers du patrimoine, sélection sur dossier et entretien.

Les effectifs de cette formation très spécialisée et reconnue sont restreints : une quinzaine d’étudiants par année, dont une majorité de professionnels en reprise d’études. Enseignements théoriques et pratiques, conférences et stage dans une institution patrimoniale avec rédaction et soutenance d’un mémoire, constituent la base de cette formation recherchée, mais restreinte à l’un des domaines seulement de la régie des œuvres : la conservation préventive.

Renseignements sur : http://www.univ-paris1.fr

 

Le lycée professionnel régional des arts graphiques et des arts du livre Corvisart-Tolbiac à Paris :
« mention complémentaire entretien des collections du patrimoine »

Formation diplômante ouverte aux titulaires d’un CAP ou d’un BMA de reliure, ou CAP métiers d’art, sélection sur dossier.

D’abord destinée à la préservation des documents de bibliothèques et d’archives, cette formation qui a progressivement acquis sa valeur diplômante et qui est désormais étendue à toutes les catégories de collections, a le mérite et l’originalité de former des « techniciens d’entretien des collections » qui peuvent devenir d’excellents assistants de régie. Proposant sur l’année 29 heures hebdomadaires de cours, travaux pratiques et visites de sites, elle repose en outre sur deux longues périodes de stage pratique en institution.

Renseignements sur : http://www.corvisart.com

 

Le Master professionnel « sciences et techniques de l'exposition », Paris
Renseignements sur : http://www.univ-paris1.fr
Le Master Professionnel « Art contemporain et son exposition », Paris
Renseignements sur : http://www.paris-sorbonne.fr/
Le Master professionnel « métiers et arts de l’exposition », Rennes
Renseignements sur le site de l’Université Rennes 2
Le Master Histoire, histoire de l'art spécialité Collections et musées d'art, d'histoire et de sciences à finalité professionnelle, Université Paul Valéry Montpellier 3
Renseignements sur le site de l’Université Paul Valéry Montpellier 3

 

LA FORMATION POST-RECRUTEMENT ET CONTINUE

Les formations « métiers-musées » du Ministère de la culture (anciennes formations « DMF »)

L’ancienne offre du bureau de la formation de la Direction des musées de France est désormais proposée par le Département de la formation scientifique et technique de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture et de la communication. Celle-ci, dite « métiers-musées », consiste en un ensemble de formations post-recrutement et continues s’adressant, sur l’intégralité du champ muséal, aux titulaires, contractuels ou vacataires en poste en administration centrale, dans les services à compétence nationale et dans les établissements publics.

La régie des œuvres y est notamment représentée dans plusieurs domaines : conservation préventive, gestion et protection des collections, sécurité des personnes et des biens… 4 modules biannuels spécifiques « régie des œuvres » sont dispensés et, nouveauté à signaler, une formation post-recrutement spécifiquement destinée aux « personnels scientifiques, régisseurs d’œuvres » a vu le jour en 2010.

A noter : les établissements publics du ministère (et notamment les grands musées nationaux) possèdent leurs propres bureaux de formation susceptibles également de proposer des formations en lien avec la régie des œuvres.

Renseignements sur le site du Ministère de la culture

 

La formation continue à l’Institut national du patrimoine, à Paris

Au-delà de ses missions de formation initiale des conservateurs et des restaurateurs du patrimoine, l'Institut national du patrimoine propose également un large éventail de formations permanentes dans le domaine de la conservation-restauration des collections patrimoniales.

S’adressant directement aux professionnels du patrimoine, cette offre très qualitative se décline en séminaires, stages et tables rondes de formation dont le calendrier est renouvelé annuellement.

Renseignements sur le site de l’Institut du patrimoine

 

Les formations au CNFPT et dans les centres régionaux de la fonction publique territoriale

L’une des missions du CNFPT consiste à organiser des formations à l’attention des agents. Il peut s’agir d’offres émanant des antennes de formation ou correspondant à des besoins précis exprimés par des fonctionnaires territoriaux.

Elles sont recensées comme tel au niveau national, mais relèvent des différentes antennes locales, correspondant à une ou plusieurs régions.

On peut, sous certaines conditions, suivre une formation dans une tout autre région que celle où on exerce son activité.

Il revient donc aux agents concernés de bien se renseigner et de ne pas hésiter à formuler des demandes, mêmes inhabituelles et très ciblées.

Renseignements sur : http://www.cnfpt.fr

 

Un certain nombre d’organismes proposent des formations couvrant une partie du domaine de la régie des œuvres, quelques adresses :

Le CIPAC : l’art contemporain

Le CIPAC, ou Fédération des professionnels de l’art contemporain, propose des formations à destination de tous les professionnels des arts visuels, des personnels des services culturels des collectivités territoriales, des élus et chargés des affaires culturelles, dans le domaine spécifique de l’art contemporain. Une partie de cette offre concerne en particulier « la régie et la gestion de collection ».

Renseignement sur : http://www.cipac.net
L’AARAFU : la conservation-restauration

L’AARAFU, Association des restaurateurs d'art et d'archéologie de formation universitaire, organise des stages et des cours de formation permanente, ainsi que des colloques et tables rondes très pointus et spécialisés en conservation-restauration des œuvres.

Renseignement sur : http://araafu.free.fr